Test et avis sur le Korg Grandstage 

le Korg Grandstage

Korg Grandstage est l’un des offres haut de gamme sans vergogne de korg, avec des versions à 88 et 73 notes dotées du meilleur clavier à action de marteau RH3 de Korg, des technologies phares de moteur sonore et d’un comportement convivial du panneau avant. Ils sont également livrés avec des accessoires, y compris un pupitre de musique, une pédale de sourdine décente et (exceptionnellement) un support assez grand et assez élaboré.

Nous allons vous parler dans cet article de ce modèle de Korg et cela en mettant l’accent sur certains points clés de cet instrument musical.

Caractéristiques physiques et quelques fonctionnalités du Korg Grandstage

Tout d’abord, nous allons vous donner quelques caractéristiques physiques. L’instrument est un mélange de panneaux métalliques, de joues d’extrémité en plastique et d’une base en panneau de fibres. Le modèle de 88 notes pèse environ 20 kg. La qualité de construction est bonne : tout s’emboîte parfaitement, il n’y a pas de torsion du corps, les boutons sont lisses et épais, et les prises audio du panneau arrière sont fermement ancrées de sorte que les fiches insérées bougent très peu.

En termes simples, le Grandstage vous permet de jouer soit un seul son, soit deux à la fois (dans une configuration divisée ou superposée), sélectionnés dans les sections du panneau avant marquées « Claviers » et « Ensemble ». La ligne du département des « sept moteurs sonores » n’est pas incorrecte, mais elle fait référence aux diverses technologies de modélisation acoustique et analogique et de reproduction d’échantillons qui sous-tendent l’ensemble sonore, plutôt qu’au nombre de timbres que le Grandstage peut générer simultanément.

Cela dit, il se passe des trucs intelligents sous ce panneau avant. Les « transitions sonores fluides » garantissent que les notes de piano maintenues avec la pédale forte continuent sans être perturbées lorsque vous passez à un son différent. En fait, la mise en œuvre est encore plus robuste. Ces notes de piano peuvent toujours être à moitié pédales pendant que vous jouez avec le nouveau son. Et dans une mesure plus limitée, il fera même face au scénario improbable de deux sons plus anciens persistants pendant qu’un plus récent est joué. C’est une chose subtile, mais qui vaut l’or pour certaines conditions de performance.

Revenons à ces sections Clavier et Ensembles sur le panneau supérieur. C’est un peu contre-intuitif, mais les deux ont accès au même complément exact de 500 sons prédéfinis, dont 170 sont des « claviers » et les 330 autres « ensembles » sans clavier. Cela a un peu plus de sens lorsque vous remarquez que le bouton de sélection principal de la section Keyboards a « Ensemble » comme dernière catégorie, et vice versa.

Les boutons ici sont des encodeurs sans fin, deux d’entre eux entourés de « pétales » de LED qui affichent leur valeur actuelle, et l’autre (marqué « Variation ») allié à un petit écran OLED. Korg a un synthé KingKorg, et bien que petits, ils sont très clairs et informatifs.

Explorer les sons est à peu près aussi simple que vous pourriez le souhaiter : tournez le bouton de sélection jusqu’à la catégorie souhaitée, puis utilisez le bouton de variation pour faire défiler les préréglages. Les couches sont obtenues en activant simplement les deux sections de production de son, et pour les scissions, le bouton Split active utilement la deuxième couche si elle n’était pas déjà activée. Le maintenir enfoncé et jouer une touche, définit le point de partage. Appuyez simplement sur « Échanger ». Tout est très simple, rapide et intuitif.

Après avoir perfectionné votre configuration, elle peut être enregistrée pour toujours en tant que favori. Soixante-quatre emplacements sont disponibles, présentés au centre du panneau sous forme de banques de noms à huit lettres, chacune avec huit boutons d’emplacement. Une bonne amélioration par rapport à l’ancien modèle, certes, qui compte huit slots au total. Bien qu’il n’y ait aucun moyen de nommer un favori, cela ne vous rapporterait que très peu, car au moment où vous en sélectionnez un, les affichages du panneau avant et les contours des boutons révèlent en quoi il consiste. Les joueurs jonglant avec plusieurs projets musicaux peuvent enregistrer et charger des ensembles de 64 favoris vers et depuis une clé USB. Il est également possible d’utiliser une pédale pour avancer séquentiellement dans les favoris.

À l’arrière, il y a une entrée secteur IEC appropriée, un interrupteur d’alimentation momentané, des sorties audio stéréo sur XLR ainsi que des prises jack asymétriques d’un quart de pouce, des entrées pour trois pédales (expression, interrupteur et amortisseur), une entrée/sortie DIN MIDI et USB Prises de type A et B. Le logo Korg s’illumine dans une gamme de couleurs (notamment un rose vif), peut les parcourir si vous le souhaitez et même varier l’intensité en réponse à la vélocité des touches. Les âmes modestes seront soulagées d’apprendre que « Off » est également une option. Une prise casque se trouve sur le panneau avant gauche.

Les boutons et autres fonctionnalités de Grandstage s’allument très bien dans une pièce sombre et il est agréable de pouvoir identifier de nombreuses fonctions de cette façon. Une autre chose amusante que Korg a faite a été d’inclure son logo à l’arrière du piano qui s’allume également… vous seul pouvez contrôler les couleurs du logo et choisir parmi les sélections de couleurs blanc, or, rouge, bleu, vert et autres. Le Grandstage peut non seulement être utilisé dans un home studio, dans un studio d’enregistrement, dans une église, une école ou un restaurant, mais il peut également être utilisé professionnellement sur scène lors de grands concerts.

Le son de scène du Korg Grandstage

Les pianos acoustiques du Grandstage sont parmi les meilleurs que vous trouverez sous forme de matériel : impeccablement présentés, dynamiques et musicalement gratifiants, et avec des décroissances de notes tenues ayant une complexité bonne. Le moteur sonore SGX-2 utilise apparemment des échantillons stéréo pleins longueur avec 12 couches de vélocité. Nous n’avons pu détecter aucune commutation de vélocité, et les décalages de tonalité entre les notes voisines ne sont pas plus prononcés que ce que vous pourriez ressentir avec un vrai piano. Les performances sont au même niveau que les bibliothèques d’échantillons informatiques leaders du marché : la résonance de la pédale sonne bien, le moteur de lecture prend également en charge la résonance sympathique sans pédale et il y a des bruits de pédale subtils. Dans l’ensemble, c’est très impressionnant.

Il y a six pianos Grandstage à queue principaux (italien, allemand, japonais, berlinois et autrichien) qui ont tous une perspective stéréo « joueur » (graves à gauche et aigus à droite) et un caractère individuel. Les trois premiers sont les plus contemporains, parfaitement présentés, nets et avec une présence et une concentration bien enregistrées.

Les deux montants sont intéressants. Le premier est un petit instrument domestique typique, vif et plein au milieu, devenant maladroit et inharmonique dans les octaves inférieures. Le second est plus gros et plus sophistiqué, avec un grave plus cohérent. Il y a cependant un son de pièce dans sa capture, et cela peut sembler un peu artificiel sous un examen minutieux. L’octave supérieure devient étrangement mince et certaines notes basses ont une phase de décroissance en boucle, qui se déclenche après environ trois secondes. Même ainsi, ce sont deux bonnes alternatives aux pianos à queue phare, pour certains emplois.

Les pianos électriques sont pilotés par le moteur sonore de modélisation EP-1 de Korg. Vous obtenez un Mark I, II, V et une sorte de Rhodes Dyno-modded ; un Wurlitzer 200 ; Hohner Pianet ; et un piano à queue électrique Yamaha. Le son et l’expérience de jeu avec ceux-ci sont absolument de première classe, et la progression du Mark I de la cloche à l’écorce à travers la plage de vélocité est vraiment phénoménale. En fait, toutes les Rhodes offrent une formidable sensation de présence presque tangible, soutenue par un authentique claquement de note. Le Wurlitzer a aussi un son authentique, flexible, mais un peu moins complexe. La Yamaha est intéressante, cependant, son préréglage principal a une présentation détendue et son pseudo-stéréo est même sans effets activés.

Nous passerons sous silence la catégorie de sons « EP SYN », et dire simplement que si vous avez besoin de pianos électriques de style Yamaha DX, vous les trouverez ici, dans toute leur splendeur plastique et étonnamment expressive. Il existe également des pianos électroniques de l’ère analogique et certains hybrides électriques/synthé. Ils sont tous plus qu’adaptés à l’usage.

 Les effets du Korg Grandstage

Comme le reste de l’instrument, le Reverb/Delay est simple et convivial. Quatre réverbérations et quatre delays sont proposés, et un encodeur Depth ajuste la balance dry/wet (et aussi le niveau de feedback, apparemment, pour l’algorithme de delay). Un bouton time-tap est le seul moyen de définir des temps de retard, apparemment jusqu’à environ 2,5 secondes.

Les réverbérations naturalistes sont en grande partie exemptes de sonnerie et ont des décroissances prédéfinies d’environ 3,5, 2 et 0,3 secondes respectivement, de Hall à Room. La réverbération à ressort mono est excellente, travaillant un régal sur les sons d’orgues électriques. Le délai de bande est également bon : mono, smeary et lo-fi. Seul le simple délai de type écho préserve réellement les caractéristiques de panoramique d’origine des pianos stéréo. Les paramètres de réverbération et de retard durent plus longtemps que les sélections de son manuelles, mais peuvent être enregistrés dans (et rappelés dans le cadre) d’un favori.

On ne peut pas en dire autant de l’égaliseur à trois bandes intégré, qui est un véritable widget de niveau mondial. Les boosts et les coupes qu’il applique sont assez évidents, mais à bords doux : littéralement, les bandes de fréquences ont des caractéristiques de décroissance douces. Bon pour les changements de tonalité subtils et l’adaptation du Grandstage à différents PA, et pas si bon pour les effets de piano sur une ligne téléphonique.

La section Dynamics est également un élément de niveau global, non affecté par le rappel des favoris. Mais qu’est-ce que c’est exactement un compresseur ? En fait, cela semble biaiser la courbe de vélocité actuellement sélectionnée (il y en a neuf, d’ailleurs) et peut-être aussi modifier la plage dynamique de la lecture du son en réponse à la vélocité. Tournez le bouton dans un sens et les choses semblent plus fortes et plus réactives. L’autre, plus délicate, avec une plage dynamique plus large. Dans une situation de groupe ou d’ensemble où vous sentez que vos contributions les plus subtiles sont masquées par ce qui se passe autour de vous, une torsion de la dynamique dans le sens des aiguilles d’une montre les fera apparaître dans le mixage sans affecter vos niveaux de pointe. C’est une fonctionnalité géniale, bien plus utile qu’un compresseur conventionnel. Les décalages de vélocité arrivent également sur la sortie MIDI.

Les points forts et les points faibles du Korg Grandstage

Points forts

  • Certains des meilleurs pianos acoustiques et électriques actuellement disponibles sous forme matérielle ;
  • Ensemble de sons large et non fantaisiste ;
  • Action de marteau réactive et judicieuse ;
  • Transitions sonores sans glitch ;
  • Note facile à utiliser.

Points faibles

  • Le préréglage est impair ;
  • Le support excentrique ;
  • Fonctionnalités de contrôleur MIDI

Verdict final

Facile à utiliser et musicalement gratifiant, le Grandstage est un outil de concert d’une puissance félonne qui remet Korg au sommet du jeu de piano de scène.

C’est vraiment un piano à queue/orchestre complet/synthé/piano électrique/jazz, pop et cathédrale/guitare tout-en-un avec de nombreuses variations, et bien plus encore. Le Grandstage est si facile à utiliser et les sons sont si instantanément expressifs et impressionnants que vous ne pouvez presque pas y croire. L’action des touches pondérées pour piano exclusive de Korg répond bien et la combinaison de l’action des touches et de sa réponse à ces nombreux instruments offre une quantité incroyable de gamme tonale dynamique et de contrôle.

Ajoutez à cela l’authenticité de la pédale damper-sustain et les harmoniques ambiantes et naturelles et les vibrations sympathiques des cordes produites par les sons du piano à queue, et vous avez un instrument difficile à poser et à arrêter de jouer. Il y a aussi beaucoup de puissance de polyphonie pour jouer n’importe lequel des sons super authentiques sans aucune perte de note, y compris lors de la superposition de sons et de l’utilisation de toutes les touches.

Découvrez également notre sélection des meilleurs pianos:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*